Le Conseil national de la refondation lancé par le président de la République est-il une opportunité manquée de raviver la démocratie française ?