Le billet de la semaine du 5 septembre 2016

Le rendez-vous démocratique des primaires

La préparation des élections présidentielles dans les deux principaux camps politiques a donné lieu, ces derniers jours, à des sorties politiques toutes rythmées par l’organisation de primaires auxquelles il sera dorénavant difficile de se passer. Reste une inconnue : la participation des sympathisants aux votes…

A Gauche le PS a été contraint d’accepter ce rendez-vous auquel François Hollande voulait manifestement se soustraire. Benoit Hamon, Arnaud Montebourg, Marie-Noëlle Lienemann… la liste s’allonge et les positions s’affirment et se radicalisent, compliquant d’ailleurs le choix d’Emmanuel Macron, sans assises, s’il décidait de se présenter directement au suffrage universel.

A Droite les candidats LR ont défilé à La Baule ce weekend et ont évité les attaques personnelles malgré des positions très divergentes sur les sujets sociétaux et institutionnels. Les discours et déclarations restent tranchés démontrant des visions parfois très différentes de la société.

Si EELV souhaite consulter ses troupes et si nous sommes à l’UDI en train de déterminer les conditions de notre engagement dans les primaires de la Droite et du Centre, il n’y aura que l’extrême droite pour considérer que les Françaises et des Français n’ont pas à s’exprimer ; il est vrai que la famille Le Pen y contrôle tout et n’a pas l’intention de rendre des comptes.

Alors que l’on assiste à une méfiance de l’engagement politique, que ses responsables sont tous décriés et que jamais le nombre d’adhérents des partis politiques n’a été aussi faible, le passage quasi-obligé de l’ensemble des candidats au tamis des primaires constitue un renouvellement très intéressant des pratiques démocratiques pour un pays aussi centralisé que le nôtre :Les débats n’ont plus lieu entre des initiés à l’intérieur de partis politiques contrôlés par les mêmes, mais entre des sympathisants ou des électeurs se réclamant de tel ou tel camps.

Reste une inconnue, celle de la participation au choix des candidats aux Présidentielles. Il faut parier sur la mobilisation et espérer que le plus grand monde se déplace.

Bertrand Pancher

Commentaires

    Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.