Le billet de la semaine du 4 janvier 2016

Apaisement pour 2016

Alors que les cérémonies de vœux vont se multiplier ces prochaines semaines, les Français attendent plus que jamais d’êtres éclairés par le bilan que nous faisons  de l’année écoulée et les perspectives que nous entendons tracer pour 2016.

L’exercice est difficile tant les repères sur les plans internationaux, européens et nationaux sont devenus mouvants. Les modèles de développements que nous avons connus perdent leurs significations. Ne sous étonnons pas que nos concitoyens ne sachent plus eux-mêmesà quels partis politique se vouer et se laissent séduire par le vide des solutions extrêmes.

Nous ne sommes plus épargnés par l’arrivée massive de migrants que ni les barbelés ni les discours de plus en plus haineux de rejet ne pourront éviter. Seul le peu d’attrait économique de notre pays constitue une frontière passagère en Europe… Nous faisons face à des attaques terroristes d’une violence inouïe que nos services de renseignements ne réussissent que trop partiellement à déjouer. L’année 2015 a été la plus chaude jamais connue de notre histoire et la COP21 ne sera pas le remède suffisant à la programmation de la destruction de la planète. Au mois de mars, nous avons dépassé le seuil des 3,5 millions de chômeurs, nos déficits publics repartent à la hausse et la cure d’amaigrissement de l’état transfère aux collectivités des ardoises qui seront lourdes à régler…

Si la perception d’un monde qui nous échappe n’a jamais été aussi forte, les opportunités de reconstruire une nouvelle société n’ont jamais étéaussi nombreuses : le bestseller de l’encyclique du Pape François nous dessine un nouvel équilibre, l’internationale de la lutte contre le terrorisme se constitue, la mobilisation de l’UE pour sortir de la crise grecque nous démontre qu’on peut déplacer des montagnes, l’exemple Allemand prouve que le plein emploi est à notre portée…

Et si en 2016 nous pouvions balayer nos peurs, changer nos comportements, et donner le meilleur de nous-même pour une société plus juste, plus tranquille, plus équitable? Il est temps de se faire confiance, de reconstruire ensemble la France de demain, de refaire de l’Europe le pôle de stabilité du monde, pour que nos frères humains les plus déshérités aient d’autres issues que celles de s’exiler

Bertrand Pancher

Commentaires

    Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.