Le billet de la semaine du 31 Août 2015

Le comble de l'horreur.

Combien faudrait il de nouveaux cadavres, de femmes, d’hommes et d’enfants pour que l’Union Européenne accepte de mettre en place des politiques d’immigration à  la hauteur des enjeux mais aussi et surtout pour que les pays membres et aussi le notre acceptent enfin de se mobiliser ?

Le comble de l’horreur a eu lieu Jeudi dernier en Autriche avec le recensement  de 71 corps dans un camion en Autriche. Cette  sinistre découverte a provoqué des réactions courageuses notamment celle de la Chancelière Allemande laquelle a indiqué que les immigrés fuyant la barbarie étaient les bienvenus dans son pays. Cette  déclaration faisait également suite à une 1ère rencontre entre le Président Français et elle-même quelques jours auparavant, le 24 août, au cours de laquelle était esquissée des demandes de scénarios Europeens : augmentation des centres d’accueil, clarification des règles de droit d’asile entre les pays de l’Europe, coordination des aides en direction des pays en accueil temporaire (Jordanie,Liban,Turquie) et mise en place de politiques de retour pour les immigrés n’ayant pas vocation  à rester chez nous.

Ce réveil tardif après l’échec du sommet Européen du 25 juin sur la base de quotas d’accueil pour 40 000 candidats est un point positif. Il faudra faire comprendre aux nouveaux pays entrés dans l’UE qu’il y a maintenant des obligations. Nous ne ferons cependant pas abstraction d’une stratégie nationale précise. C’est dans ce domaine que le bas blesse car nous n’avons entendu aucun leader de notre pays, sauf Jean Pierre Raffarin, faire preuve d’initiative.

Comment augmenter significativement la part des aides au développement des pays Africains les plus sinistrés, revoir nos propres critères pour l’admission en France des réfugiés les plus vulnérables ? Répartir harmonieusement sur notre territoire ces nouveaux damnés de la terre ?

Il est enfin temps de se mobiliser.

Bertrand Pancher

Commentaires

    Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.