Le billet de la semaine du 29 Juin 2015

De la hauteur s'il vous plait

Face à l’horreur de l’attentat de St Quentin Falavier , les réactions d’une partie de la classe politique Française n’ont pas été à la hauteur d’un nouveau drame national. Le recueillement après l’assassinat barbare d’un chef d’entreprise et ce nouvel acte de terrorisme appelle à l’unité nationale, au recul et à la poursuite de l’analyse du basculement d’un citoyen Français dans la violence Islamiste.

Alors que le choc des photos et des reportages en direct à destination d’un public en permanence interconnecté agresse plus qu’il ne touche, l’agitation de nos leaders politiques qu’ils soient de la majorité ou bien de l’opposition est consternante. A gauche on y va de sa mise en scène, le Président en appelle à l’unité nationale tandis que le 1er ministre écourte en urgence son déplacement à l’étranger et que la « vice-présidente » Ségolène Royal y va de sa déclaration en faisant fi des règles de communication gouvernementales. Dans l’opposition le FN veut fermer les mosquées dites « Salafistes » et les centres culturels musulmans qui véhiculeraient la violence, comme s’il existait d’innombrables foyers et que cela allait permettre de faire revenir à la raison les fanatiques alors que la police préfère surveiller les dangereux individus là où ils sont? Valérie Pécresse réclame que les musulmans condamnent ces actes, Nicolas Sarkozy parle de guerre contre la civilisation ce qui fait renchérir Manuel Valls sur le même thème. Il  y aurait une bonne civilisation, la civilisation occidentale, et une mauvaise, la civilisation orientale…Les professeurs d’histoires sont une nouvelle fois  consternés .De surenchère en surenchère on en rajoute au stress  de nos concitoyens et on décrédibilise la parole publique.

Yassin Salhi le meurtrier de Saint Quentin Falaviere dont on étudie le profil psychologique semble être un déséquilibré qui s’est radicalisé et qui a exprimé sa violence contre son patron et la société. Selfeddine Rezgui le meurtrier de Sousse était lui un étudiant sans histoire et qui aurait dû être arrêté si la police Tunisienne avait surveillé son profil sur Facebook

Le  débat sur notre sécurité, intérieur comme extérieur, doit avoir lieu et  en permanence être alimenté afin que chacun prenne conscience qu’un monde sans violence n’existe  pas, mais aussi que tout est question de stratégies, de moyens, d’anticipation et d’adaptation face aux risques. Le débat sur les conditions de notre sécurité, tout comme celui des conditions de formation des Imâms  ou de conditions de transmission de nos valeurs est  un débat démocratique.

Face à la montée de ce type de violence nous devons prendre du recul

Bertrand Pancher

Commentaires

    Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.