Le billet de la semaine du 27 mars 2017

Un rêve Européen à recréer

Les 27 représentants des pays de l’Union Européenne se sont retrouvés à Rome ce week-end pour célébrer le 60ème anniversaire de la fondation de la Communauté Économique Européenne(CEE), préfigurant l’Union Européenne. Les médias auront surtout retenu de cet événement l’engagement du Saint Père à Rome, recevant ces personnalités et exhortant à aller plus loin dans le développement de solidarités, moyen essentiel pour ce dernier de s’engager dans un développement porteur de paix.

Les nuages semblent se dégager depuis plusieurs mois dans l’horizon sombre de l’Union : Thérésa May est embourbée dans un Brexit qui menace de faire exploser son pays, les Néerlandais, tout comme les Autrichiens, ont renvoyé les extrémistes à leurs agitations, Angela Merkel que l’on disait fragilisée par l’accueil de trop de migrants vient de l’emporter ce week-end en Sarre lors d’une élection test et les ex-pays de l’Est craignent les bruits de bottes venant de la Russie et de ne plus être soutenus par le parapluie Américain…

Les menaces d’une dislocation Européenne sont prises au sérieux par une opinion publique sensible : Trump, Poutine et Erdogan font peur. Si les contrepouvoirs aux USA sont suffisants pour se garantir contre des décisions insensées de son Président, les 80 manifestations ce week-end en Russie contre la corruption non relayées par une presse muselée et la perspective d’une concentration de pouvoirs aux mains du seul du président Turc après un référendum instrumentalisé le 16 Avril prochain, font peur. Plus personne de crédible en Europe n’avance l’idée d’un repli. Croissance, politique industrielle, recherche, défense commune, échanges commerciaux… de nombreux chantiers sont à nouveau en perspective.

Reste que personne ne fait vibrer les citoyens Européens sur un sens nouveau donné à l’Union. Et pourtant qui pourrait croire que notre continent des droits de l’homme, des libertés, de la culture, des sciences, qui a tout inventé et tout donné au monde n’ai plus rien à dire ni à faire ?

Dans ce concert des replis sur soi, face à ce grave danger de vouloir continuer consommer, sans penser aux autres ni à notre planète, l’Union Européenne, 1ère puissance économique mondiale, pourrait, si elle commençait à devenir une force politique, proposer au monde, un nouveau modèle de développement humain équilibré et solidaire.

Encore faut-il que nos leaders ne soient pas paralysés par leurs peurs, s’approprient nos valeurs et nous entraînent…

Bertrand Pancher

Commentaires

    Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.