Le billet de la semaine du 19 décembre 2016

VTC, pas de développement sans règles. 

En pleine grève des chauffeurs VTC, victimes d’une dérégulation sans limites de nos modes de transports, et après des appels au secours des chauffeurs de taxis, eux aussi victimes d’une absence de règles équilibrées, le gouvernement, après avoir laissé l’incendie se propager, joue au pompier.

 Certes l’activité des VTC a cru de 270 % ces dernières années (mais elle démarrait de très bas), celle des taxis (n’) a chuté (que) de 5,3 % par an, et le secteur de la mobilité aurait connu une croissance de 10 % en Île de France mais les 2 professions sont confrontées à un salaire de misère. Forte hausse de la demande, davantage de services mais moins de valeurs… 

Il n’est pas question de s’opposer à l’arrivée de nouveaux services et la numérisation de l’économie est une chance mais si nous voulons que l’ensemble de nos concitoyens continue à bénéficier de développement, il convient de garantir que personne n’est exploité au profit de nouvelles multinationales captant la véritable valeur. 

La nouvelle loi sur la responsabilisation du transport public particulier de personnes aurait pu être l’occasion de fixer des règles :

– réformer en profondeur le statut d’indépendant,

– imposer les plateformes de réservation,

– créer un fond de garantie pour secourir des chauffeurs de taxis en détresse,

– établir des barrières d’entrées, comme le pratiquent d’autres professions à des fins de régulation des installations, par le bais de diplômes (ex coiffeurs…). 

Alors que des professionnels sont en crises à la suite de l’arrivée de nouveaux services, il aurait été bon d’ouvrir un débat sur la régulation. Ce n’est pas le cas. C’est dommage. 

Bertrand Pancher

 

 

Commentaires

    Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.