Le billet de la semaine du 18 avril 2016

Pas difficile à dire

L’intervention de François Hollande sur la 2, la semaine dernière n’aura pas marqué l’opinion publique, loin de là…

Le Président de la République qui avait pourtant bien préparé cette émission et qui connaissait par cœur ses chiffres a peiné et a donné le sentiment d’être sur la défensive. Au lieu d’assumer un virage « social-démocrate » que l’on croyait timidement engagé et imparfaitement incarné par Emmanuel Macron et Manuel Valls, il n’a pas fixé le cap et trop souvent s’est embourbé dans des considérations politiciennes : l’allusion au lamentable débat sur la déchéance de la nationalité en a été l’illustration… On attend pourtant du Président qu’il nous dise clairement ce qu’il recherche pour nous…

La gauche a perdu d’avance la prochaine élection présidentielle, son chef de fil aurait pu nous rassurer en montrant où il voulait aller et faute d’une vision précise de l’avenir possible, aurait dû au moins définir des réformes stratégiques à engager pour mettre notre pays au même niveau que ses principaux partenaires. Cela n’a pas été le cas.

L’opposition républicaine a un boulevard devant elle d’autant que l’extrême droite marque le pas. Il faudra cependant que le candidat désigné à la primaire soit courageux et très clair sur l’objectif et les conditions de réussite. Rédigeant en ce moment le projet du Parti Radical, lequel devrait structurer celui de l’UDI, j’espère que le candidat de l’opposition incarnera une vision d’un développement enfin humain, c’est-à-dire à la fois économique, social et environnemental. Je milite pour un épanouissement de tous par l’autonomie et la responsabilité au sein d’une communauté solidaire. Ce n’est tout de même pas difficile à dire…

Bertrand Pancher

Commentaires

    Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.