Le billet de la semaine du 12 septembre 2016

Le Dalaï-lama et Michel Serres

Un nouveau projet d’attentat projeté par des femmes extrémistes vient d’être à nouveau déjoué. Malgré l’amateurisme de ce groupe et si des policiers ont été blessé, dont un très sérieusement, un nouveau drame a été évité. Nous ne pouvons qu’à nouveau être frappé par la jeunesse et le passage très récent au radicalisme de certaines et une nouvelle fois au mélange des raisons qui ont déclenché ce fanatisme : vengeance, frustration, bêtise, entraînement du groupe, instrumentalisation par Daech, endoctrinement rapide, réaction à l’empêchement d’accomplir une mission en Syrie…

L’assassinat, Lundi matin, de la mère d’un déséquilibré l’accusant de l’empêcher de rejoindre le Djihad n’est qu’un nouvel exemple du caractère imprévisible de ces passages à l’acte. La base idéologique, comme d’habitude, est marginale, démonstration s’il en fallait une, que la pratique de l’Islam n’est pas la question.

Nous devons sans cesse tirer les enseignements de ces menaces : sur 700 combattants Français en Syrie, 275 sont des femmes. Sur 293 personnes interpellées et emprisonnées en France pour allégeance au terrorisme, 59 sont également des femmes. Alors que l’on pensait que les femmes étaient davantage protégées par ce phénomène et que la justice était souvent plus indulgente, il va falloir que nos tribunaux apprennent à être aussi intransigeants avec elles que pour les hommes. Ce n’était pas le cas…

Face à un nombre important d’attentats déjoués, malgré le recul de Daech et sa disparition maintenant annoncée, il est peu probable que nous évitions de nouveaux attentats. Nous devons toujours mieux nous protéger mais attention aux surenchères conduisant encore à cristalliser les haines.

Certes la compétition que se joue pour les élections Présidentielles ne contribue pas à rationaliser le débat, mais les candidats jusqu’au-boutistes feraient mieux de tourner davantage leurs langues avant de parler : à part renoncer à nos valeurs, mettre le feu au pays et se placer au banc de la communauté internationale, aucunes nouvelles idées ne sera mise en œuvre avec succès ; et d’ailleurs personnes ne s’y aventurera.

Que ceux qui ne cessent de parler de guerre mesurent bien leurs propos. 40 000 monuments aux morts en France et 1 350 000 victimes après l’armistice de 1918. C’était une guerre… Le Dalaï-lama de passage en France donnait ce Dimanche une interview replaçant la quête de paix et de bonheur comme seul horizon. Le philosophe Michel Serres au même moment évoquait l’extraordinaire chance, jamais connue dans l’histoire de l’humanité de vivre 70 ans de paix en Europe. Mais qui se soucient d’eux…

Bertrand Pancher

Commentaires

    Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.