Le billet de la semaine du 10 avril 2017

15 jours pour réfléchir.

Il faut espérer que les Françaises et Français qui iront voter dans 15 jours pour désigner les 2 finalistes des Présidentielles parcourent les programmes des candidats.

Les déclarations de la plupart d’entre eux, exceptions faites de François Fillon et dans une moindre proportion d’Emmanuel Macron, sont tout simplement folles et ressemblent plutôt à des engagements d’illuminés dignes de pays sous-développés qu’à ceux d’une grande démocratie.

Le très sérieux institut Montaigne analysait la semaine dernière les programmes économiques des grands candidats aux Présidentielles. Si ceux de François Fillon et d’Emmanuel Macron étaient crédibles en restant dans les dogmes de l’économie de marché (avec plus de 60 milliards d’économies réellement réalisables pour l’ancien 1er ministre et à peine 30 pour le leader d’En Marche, pour près de 15 milliards de nouvelles dépenses), que dire de ceux des autres ?

La palme de l’imbécilité revient au duo Melenchon-Le Pen. Le leader de la France dite insoumise prévoit tout sauf des dépenses virtuelles à la différence de sa marionnette d’hologramme, qu’on en juge : 200 milliards de dépenses et 80 milliards d’impôts ; bonjour la Corée du Nord. Quant à Marine Le Pen, sa sortie de la zone Euro ajoutée à un minimum de 100 milliards de nouvelles dépenses, plongerait aussitôt notre pays et surtout les Françaises et les Français dans une faillite sans nom : vive la dévaluation des retraites et des prestations sociales… Avec un Mélenchon au coude à coude dans les sondages avec François Fillon et un Emmanuel Macron en chute, un 2ème tour opposant l’extrême gauche à l’extreme droite est possible….

Inutile de rentrer dans les détails des programmes des autres candidats, entre la sortie de l’Europe, le repli sur soi, le retour au marxisme-léninisme… vous avez le bonjour des fous-furieux qui vous expliquent qu’on va prendre l’argent qui n’existe pas, que la France va se débrouiller toute seule dans un monde ou jamais les incertitudes n’ont été aussi fortes.

Et pendant ce temps Trump bombarde la Syrie, Poutine est humilié, les Coptes massacrés et Erdogan se prépare à se faire sacrer roi…

Nous avons encore 15 jours pour réfléchir.

Bertrand Pancher

Commentaires

  • Gabriel
    11 avril 2017 Répondre

    Je pense que vous faites une profonde erreur d’accorder du crédit et de croire, même dans une moindre mesure, à la personne d’Emmanuel Macron.
    Il n’a pas vraiment de programme chiffré et réaliste et surtout sa vision de la société n’est certainement pas celle qui conviendrait à l’immense majorité des citoyens de votre circonscription.
    On peut tout de même dégager chez lui quelques axes et quelques idées fortes : taxer l’immobilier, libérer les taxes sur le capital, financiariser la société, reporter l’effort budgétaire et de gestion aux collectivités territoriales…
    La France de demain avec Macron, c’est donc un pays organisé autour de ses métropoles et de leurs environnements proches, des territoires hyper-compétitif qui bénéficient de la mondialisation, et à l’inverse des zones laissées au bord de la route. Et tour cela avec moins de solidarité nationale entre ces territoires attractifs et ceux qui le sont beaucoup moins.
    Il ne faut pas confondre mondialisation et Europe.
    La mondialisation à marche forcée, les traités transatlantiques, la délocalisation des outils de productions, l’évasion fiscale massive sont autant d’éléments négatifs qu’il faut absolument combattre.
    L’Europe en revanche, doit être la solution à beaucoup de nos problèmes, mais pour cela il faut aller vers plus d’intégration politique et économique (enfin un gouvernement de la zone Euro). Il faut une Europe libre et indépendante vis à vis des US et des Russes, pas une annexe des États-Unis…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.