Le billet de la semaine du 10 Aout 2015

Bienvenus che nous

En pleine guerre Libyenne la nouvelle république de Tunisie acceptait il y a plus d’un an, malgré la crise sévère qui touchait ce pays, d’accueillir près d’un millions de ressortissants de ce pays voisin .A la question savoir comment on allait faire, toujours la même réponse : ce sont nos frères et nous ne pouvons pas les laisser se faire massacrer…

Face à l’afflux de réfugiés en France et dans les pays de l’Union les plus proches des zones sensibles (hausse de 750% du nombre de réfugiés et de migrants en Grèce depuis un an) et l’augmentation des drames (200 victimes au large des côtes Libyennes le 5 Aout dernier) nous devons nous mobiliser collectivement afin d’exiger de l’Europe et de la France de traiter dignement ces êtres humains. Nous avons de plus en plus de sang sur nos mains.

Ayons le courage de réclamer une augmentation significative des actions militaires de l’OTAN  afin, avec nos alliés, d’exterminer les extrémistes musulmans en Afrique du Nord et au proche orient. Cela nécessite aussi une hausse importante des budgets en matière de défense. Aux côtés de ces actions exigeons aussi l’alimentation du « fond vert » pour l’Afrique afin de permettre à ce continent de s’engager dans la transition énergétique dans le cadre de la conférence de Paris. L’UE, comme l’a fait récemment l’Allemagne en mobilisant 1 Milliard d’euros net, doit aligner les moyens pour aider ce continent à se développer.

Militons pour davantage d’Europe :Il est nécessaire d’accélérer la coordination des moyens de l’UE pour les sauvetages en mer .Le triplement des moyens décidés il y a 6 mois commence à porter ces fruits mais il y encore beaucoup  faire et notamment à structurer un réseau diplomatique commun afin de suivre dans les différents pays Africains concernés cette question.

En attendant nous devons parer au plus pressé : accueillir les réfugiés ainsi que de les répartir entre tous les pays de l’Union Européenne, face au drame qui se joue sous nos yeux, refouler ces miséreux candidats à l’entrée sur notre continent, comme nous commençons à le faire est une faute inexcusable .Nous n’en sommes pas à quelques centaines de milliers d’immigrés près.

Et si face à ces gouvernements aussi frileux,tétanisés par la peur de l’extreme droite,nous nous  lancions dans une grande pétition citoyenne pour proclamer que ces êtres humains, traumatisés par leurs histoires, ballotées de pays en pays et angoissés quant à leurs avenirs, sont les biens venus chez nous.

Bertrand Pancher

Commentaires

    Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.